Artificier : un métier explosif

 

 

Artificier : le métier qui met le feu aux poudres.

La mission principale du pyrotechnicien consiste à mettre en oeuvre un spectacle pyrotechnique face à un public. La gestion du feu d'artifice doit répondre à de nombreuses exigences réglementaires. A ce titre le chef de tir veille aux modalités de stockage de la marchandise, au respect des règles de transport des explosifs, aux compétences de l'équipe de mise à feu etc. La manipulation des produits pyrotechniques doit se faire dans le respect des règles de l'art. Le technicien de pyrotechnie est amené à définir un périmètre de sécurité, choisir les effets pyrotechniques, fixer les articles d'une façon sûre et éprouvée, brancher les lignes électriques à une table de tir, déclencher les artifices, déminer les explosifs défectueux. L'activité est souvent réalisée dans le cadre de fêtes populaires publiques ou privées type 14 juillet, fête nationale, anniversaire, mariage, commémoration, évènement sportif etc. Le responsable de la mise en oeuvre est amené à utiliser des artifices de divertissement grand public tel un feu de bengale, une chandelle romaine ou encore un compact. Il tire également des bombes de catégorie F4 lancées par un mortier d'artifice. Aussi le certificat de qualification F4T2 est un préalable à l'exercice de la profession. 

 

 

 

 

 

Les feux d'artifice : la matière première du pyrotechnicien. 

En France la fabrication des articles pyrotechniques qui délivrent les effets colorés et sonores est une activité radicalement dissociée du tir du spectacle. L'artificier est avant tout un metteur en oeuvre de produits déjà fabriqués. Ses opérations consistent à mettre en liaison différents articles afin d'en créer des séquences. Le travail consiste à placer des déclencheurs électriques sur les mèches lente, à grapper les bombes lancées par mortiers entre elles, à assembler les chandelles romaines en grand éventail etc. Les pièces utilisées doivent être homologuées CE pour prétendre à terminer dans le programme de tir du pyrotechnicien. Jacques PREVOT livre sa gamme de produits aux professionnels du secteur.

 

 

 

 

Un tableau de pyrotechnie par PREVOT

Artificier : un artiste pluridisciplinaire.

Nombreux sont les pyrotechniciens à concevoir leurs propres spectacles pyrotechniques. Ils chorégraphient les tableaux, assemblent sur un plan les pots à feu, les chandelles romaines, les étincelles argentées et dorées, les fontaines et vésuves etc. La sensibilité artistique du compositeur permet d'obtenir de somptueux dessins de feux afin de faire naître des étoiles dans les yeux du public assistant à la fête. La plupart des sociétés pyrotechniques créent la bande son qui accompagne souvent le feu d'artifice. Le métier relève alors d'un véritable art où la pyrotechnie se marie avec d'autres disciplines artistiques.

 

 

 

Un parcours de formation fait de certificats.

Aucune filière scolaire ne délivre un diplôme de pyrotechnicien destiné à réaliser des feux d'artifice. Il n'y a pas de parcours d'étude type pour rentrer dans la profession. Depuis les années 90 l'activité est régie par l'obtention de certificats délivrés par les autorités. Historiquement nommé certificat K4 le document actualisé se nomme F4T2. La dernière version du certificat permettant le tir de tous les types d'artifices de divertissement contient deux niveaux. Le précieux sésame est accessible à tout candidat ayant suivi une formation de pyrotechnie auprès d'un organisme de formation agréé comme Jacques PREVOT. Longtemps appelé C4T2, il consiste en un arrêté préfectoral. Il est délivré pour une durée de 5 ans (niveau 1) ou 2 ans (niveau 2) par la préfecture du demandeur. Le certificat F4T2 permet de valider les compétences du tireur. Pour conserver son titre, le pyrotechnicien doit prouver à chacun des renouvellements qu'il pratique régulièrement le sujet.

 

SUIVRE UNE FORMATION ARTIFICIER 

 

 

 

Les outils de travail de l'artificier.

Les feux d'artifice sont un savant mélange de tradition et de technologie. Alors que les étoiles enflammées qui colorent le ciel sont fabriquées selon des processus vieux de mille ans, la table de tir qui provoque la mise à feu est elle faite des dernières technologies informatiques. En plus du matériel informatique nécessaire à la conception des feux, le technicien du spectacle doit posséder une caisse à outils ordonnée. Lampe frontale, marteau, pince à dénuder, tenaille, multimètre testeur font partie de la panoplie. Les équipements de protection individuels sont fonction du cadre de travail. Gilet de sauvetage pour un tir depuis une embarcation, casque pour l'opérateur destiné à la mise à feu à proximité, bouchons d'oreilles et lunettes de protection anti-éclat pour compléter la tenue. Au sein des ateliers pyrotechniques de l'entreprise Jacques PREVOT du matériel antidéflagrant est utilisé afin d'éviter la génération d'étincelles. 

Table de tir moderne pour feux d'artifice 

 

   

 

Qualités requises.

L'artificier doit montrer une capacité d'organisation sans faille. Le sang-froid est une qualité appréciée. L'endurance n'est pas en reste du fait de longues journées, soirées, et nuits de travail. Une rigueur dans le suivi des consignes et processus est indispensable afin d'obtenir haut dans le ciel un résultat prévu sur une simple conduite faite de papier. Le pyrotechnicien doit par ailleurs savoir travailler en équipe. Les spectacles pyrotechniques sont de véritables aventures humaines qui ne sont réalisables qu'en groupe sous l'égide d'un chef de tir sérieux.

 

Maître artificier : un titre historique qui fait rêver.

En France la longue tradition des feux d'artifice naît de l'amour que porte la royauté pour ces spectacles grandioses et majestueux. Louis XIII et ses successeurs furent les premiers grands monarques à inscrire au calendrier des grandes commémorations le tir de spectacles de pyrotechnie. C'est ainsi que, par exemple, la famille Ruggieri originaire d'Italie à travaillé sous le titre d'artificier du roi au service de la cour. Depuis des générations de brillants travailleurs ont sût faire preuve d'imagination, d'audace et d'innovation pour se faire une place auprès des grands décideurs publics. Le titre de maître est aujourd'hui connoté marketing même si il qualifie encore souvent un pyrotechnicien de haut niveau.

 

 

 

 

 

 

 

Artificier : le métier en chiffres.

Salaire constaté : entre 9 et 13€ net de l'heure.

Durée moyenne d'une prestation de montage et tir : entre 8 et 14 heures.

Durée de la formation F4T2 niveaux 1 & 2 : 40 heures.

Nombre estimé d'artificiers titulaires d'un certificat : 13 000

 

 

 

 

 

Quel est le profil des artificiers français ?

Certains travailleurs du secteur officient à temps plein dans le domaine de la pyrotechnie. Ces véritables techniciens du spectacle gagnent leur vie des tirs successifs pour une ou plusieurs entreprises. Parfois titulaires du statut d'intermittent du spectacle, ils sont assez rarement sous contrat CDI. Ces profils sont relativement peu nombreux et constituent souvent l'exception. A l'inverse de nombreux artificiers français le sont de façon occasionnelle. Ils cumulent plusieurs casquettes et mettent le feu à la poudre noire pendant la période estivale. Les candidats au certificat F4T2 proviennent d'univers variés : du simple passionné à peine sorti de l'école au retraité désireux de passer de l'autre côté de la barrière.

 

FORMATION PYROTECHNIE de niveau 1 

 

formation F4T2 niveaux 1 et 2